All auctions in one place

Search settings

EDGAR P. JACOBS

  • FRA
  • 2016-05-21
About the object
EDGAR P. JACOBS

BLAKE ET MORTIMER

LE MYSTÈRE DE LA GRANDE PYRAMIDE T.2 (T.4), LE LOMBARD 1955

Planche originale n°52 prépubliée dans Le Journal de Tintin belge n°20 de mai 1952. Encre de Chine sur papier

36 X 46,5 CM (14,17 X 18,31 IN.)

Après avoir sauvé le monde de la dictature de “Bazam le cruel”, Blake et Mortimer partent à la recherche du secret le mieux gardé d’Égypte : le trésor de la Grande Pyramide. Le Papyrus de Manéthon met le sagace Mortimer sur sa piste… Mais bien des surprises l’attendent dont la moindre n’est pas le retour de son pire ennemi : Olrik !

Jacobs aura mis trois ans à préparer cet album. Trois ans à rassembler et compulser des documents afin d’élaborer sa thèse : celle d’une chambre secrète inexplorée, dissimulée dans la Grande Pyramide, qui recèlerait un trésor inestimable. Il se plonge dans les ouvrages des grands auteurs de l’histoire de la civilisation égyptienne : Hérodote, la liste des sept merveilles de Strabon, ainsi que dans divers travaux d’égyptologues français dont Gaston Maspero, évoqué dans cette aventure, qui fonda le Musée égyptien du Caire et fit désensabler le Sphinx de Gizeh.

C’est donc en véritable érudit qu’il va voir pour la première fois le professeur Pierre Gilbert, directeur de la Fondation égyptologique Reine-Elisabeth et conservateur du Musée d’Art et d’Histoire du Cinquantenaire à Bruxelles. Il lui expose ses hypothèses concernant l’existence de la chambre d’Horus et, tout en lui laissant la responsabilité de ses théories, l’homme de science leur accorde une certaine validité scientifique. Il tente toutefois de le dissuader de situer son aventure sur le plateau de Gizeh, tant le nombre de fouilles archéologiques menées jusque-là y rendaient toute nouvelle découverte improbable. Mais Jacobs tenait à son idée. Bien lui en prit : au moment même où s’achève la publication du Mystère de la Grande Pyramide dans Le Journal de Tintin, l’archéologue égyptien Kamal El Mallak découvre au pied des pyramides une barque solaire de Khéops en parfait état de conservation !

Cette planche se situe à la toute fin de l’aventure. Dans cet épilogue, nos amis ont réussi à s’échapper de “l’empire des morts”, et laissent le cheikh Abdel Razek condamner le redoutable Olrik aux affres de la folie. Là encore, la composition de Jacobs fait merveille. Triangulaire – pyramidale à tout dire –, elle démontre une nouvelle fois son talent pour la mise en scène. La page est balancée entre l’ombre des profondeurs et la lumière éclatante du jour : « Ouf ! Enfin, le soleil !... » dit Mortimer.

Read more

* Note that the price doesn’t correlate with today’s value, but only relates to the actual end price at the time of the purchase.

Advert